La gestion urbaine

L'amélioration de la gestion urbaine est l'aspect central des villes et des municipalités, notamment au vu de l'urbanisation rapide au Maghreb. Pour soutenir des villes maghrébines au développement de leurs gestions urbaines, des réseaux thématiques étaient établis parmi des villes marocaines et des villes tunisiennes.

Le réseaux thématiques au Maroc et en Tunisie

BildBild

Algérie

L’Algérie souffre de son urbanisme. L’anarchie et l’incivisme qui affectent pratiquement tous les maillons de l’aménagement urbain et de la construction, n’aident pas les autorités concernées à faire respecter les lois de la république. L’extension anarchique des tissus urbains qui s’étaient exacerbés durant la décennie noire, ont porté un coup fatal à la rigueur urbanistique et à l’image des villes. Face à une telle problématique, le ministère de l‘Habitat de l’Urbanisme et de la Ville a doté la majorité des communes de plans directeurs d’aménagement et d’urbanisme (PDAU) pour la plupart adossés à des plans d’occupation de sols (POS) très détaillés. Ces instruments d’urbanisme sont sensés permettre de mieux organiser les extensions de zones d’habitat, tout en veillant à préserver du mieux possible les réserves foncières.

Malgré les efforts déployés des différentes institutions (Ministère, Wilayas, et Communes), le plus gros défis pour l’Algérie consiste à imposer la rigueur des lois régissant l’urbanisme, car la permissivité du contrôle et l’absence de sanctions constituent autant de facteurs de relâchements qui ont encouragé les auto-constructeurs à outrepasser les règles les plus élémentaires de l’urbanisme.

Dans le cadre du projet „Coopération décentralisée entre ville maghrebines et allemandes“ la GIZ mène une expérience avec la commune de Sétif dans la gestion urbaine de la cité de 600 logements, l’objectif est d’apporter un appyui technique aux eléments principaux d’urbanisme, et de faire de cette communne un modèle d‘une ville urbaine durable.